Alimentation
 

L'éviction de certains aliments contenant des colorants alimentaires spécifiques peut s'avérer utile chez l'enfant souffrant de TDAH, mais aucune étude n'a été menée chez l'adulte.

 

Avant de parler de compléments alimentaires, il est essentiel d’entretenir une bonne hygiène nutritionnelle. Cela passe par une alimentation variée, et des horaires de repas réguliers. Une optimisation personnalisée de l'alimentation peut être réalisée. Dans le programme de thérapie comportementale, une introduction à l'alimentation santé est dispensée.

 

Acides gras

Des études soulignent l’effet bénéfique d’une supplémentation en omégas 3 chez l'enfant, l’effet attendu reste modéré, mais scientifiquement prouvé. Demandez conseils à votre médecin pour encadrer correctement ce type de supplémentation.

 

Oligo-éléments et minéraux

Le manque en fer est un facteur souvent retrouvé chez les sujets souffrant de TDAH. Le fer est un co-facteur de la synthèse de la dopamine dans le cerveau. Il est important de rechercher un manque en fer et de le supplémenter dans le cadre de la prise en charge du TDAH. Un taux de ferritine inférieur à 75 ng/ml est susceptible d'aggraver les symptômes de TDAH ou de limiter les effets positifs du traitement. Le fer à doses homéopathiques est insuffisamment dosé pour corriger une carence. Le fer doit être prescrit par un médecin, les médicaments à base de fer peuvent être responsables d'effets secondaires.

 

Quelques études évoquent la possibilité d’une discrète amélioration des symptômes avec une supplémentation en zinc. Le magnésium n'a aucun effet sur les symptômes de TDAH.

 

Vitamines

Il n’y a aucune étude ayant montré un bénéfice des vitamines dans le TDAH.

 

Thérapies non médicamenteuses