Quels sont les conséquences du TDAH ?

Elles sont nombreuses, en lien avec les symptômes d'inattention, d'hyperactivité, d'impulsivité et de manque d'organisation.

 

Le premier retentissement occasionné par le TDAH est au niveau scolaire et celui des études. La période des apprentissages est particulièrement critique. En effet, l'environnement scolaire est très propice à l'émergence de conséquences négatives du TDAH où il est demandé à l'enfant/adolescent d'être attentif et de rester assis derrière un bureau plus de 6h par jour. En l'absence de prise en charge, le niveau maximal d'études atteint est en moyenne plus faible chez les sujets souffrant de TDAH, tout comme le statut socio-économique. Les situations d'échec scolaire peuvent conduire au développement d'une faible estime de soi.

 

Les erreurs d'étourderie, les oublis font souvent passer les hyperactifs pour des personnes peu fiables. Cela a un impact direct sur la capacité à garder un emploi, à garder un réseau social soutenant. De plus, les accidents domestiques ou de la route sont plus fréquents.

 

Les problèmes d'impulsivité peuvent conduire l'hyperactif à des conduites à risque, délictueuses et fréquemment des problèmes de dépendance à des produits stupéfiants.

 

Très souvent, le TDAH n'évolue pas seul chez une même personne. Trois adultes sur 4 souffrant de TDAH présentent également ce que l'on appelle des comorbidités. Leur présence peut conduire à ne pas repérer le TDAH. En effet, il est souvent associé à d'autres pathologies dont les principales sont les suivantes :

 

Les addictions :

Tous les problèmes d'addiction sont plus fréquents chez les adultes TDAH. Cette fréquence élevée est expliquée par une fragilité biologique commune entre TDAH et addictions lié au système de la motivation. Par ailleurs, pour certaines personnes, la consommation de certaines substances peut leur donner l'impression d'apaiser leurs symptômes d'hyperactivité (cannabis, alcool) ou de manque d'attention (tabac, cocaïne).

 

Les troubles de l'humeur et l'anxiété :

Environ une personne souffrant de TDAH sur deux a présenté au moins un épisode de dépression dans sa vie. Une forme sévère de trouble de l'humeur que l'on appelle la maladie bipolaire, est associée au TDAH dans 10% des cas. L'anxiété pathologique est également une comorbidité extrêmement fréquente, souvent en lien avec le manque de confiance en soi.

 

Les troubles du sommeil :

Ils sont présents chez environ 75% des adultes TDAH. L'ensemble des troubles du sommeil sont plus fréquents dans le TDAH :

 

  •      L'insomnie

Tous les types d'insomnie sont retrouvés, des difficultés d'endormissement le soir, à un problème de réveils multiples dans la nuit, ou aux difficultés à terminer ses nuits.

 

  •      Le retard de phase du sommeil

C'est un trouble du sommeil lié à un dérèglement de l'horloge biologique qui pousse le sujet à s'endormir tard et à ne pas arriver à se réveiller le matin. Les personnes qui souffrent de TDAH sont souvent décalées. Il a été démontré que ce problème pourrait découler d'une sécrétion trop tardive de l'hormone du sommeil (la mélatonine).

 

  •      La somnolence diurne excessive

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, environ une personne TDAH sur 2 présente des problèmes de somnolence. C'est un problème majeur de santé publique, avec un risque notamment d'endormissement au volant du véhicule. Cette somnolence peut être lié au mauvais sommeil de nuit, mais elle reste souvent isolée, parfois chez des sujets gros dormeurs. Le TDAH peut alors être confondu avec une hypersomnie comme la narcolepsie.

 

  •      Le syndrome des jambes sans repos

Présent chez plus de 25% des adultes TDAH, ce trouble du sommeil est caractérisé par des impatiences dans les jambes qui souvent gênent la personne pour s'endormir. On pense que le syndrome des jambes sans repos partage avec le TDAH une fragilité biologique commune impliquant la dopamine et le manque en fer.

 

 

Généralités sur le TDAH de l'adulte